Oranges et Sardines [POESIE]

Frank et Mike sont amis.
Mike peint.
Frank écrit.
Sa toile est une feuille de papier.
La plume, son pinceau.
Mike peint.
Frank écrit.
Et le poème prend des couleurs.
Et la toile s’orne de mots.
Et les deux n’ont rien à voir.
Quoique.

Frank voudrait peindre.
Mais c’est Mike le peintre.
Frank est poète.
Son poème s’intitule Oranges.
La toile, SARDINES.
SARDINES contemple son reflet dans le miroir d’Oranges
Et se trouve plutôt belle.

La contemplation narcissique donne envie d’elle-même.
La peinture inspire le coloriste,
Les mots appellent les textes.
Et lorsque les deux s’accouplent enfin,
Ils accouchent d’œuvres d’art
Qui à leur tour
Suscitent le désir suprême :
Celui de reproduire.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s